logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/01/2014

Directives anticipées : plus facile à dire qu'à faire !

Le rapport de l'Observatoire national sur la fin de vie rappelle l'importance d'écrire ses directives anticipées (proposées dans la Loi Léonetti de 2005) pour éviter l'acharnement thérapeutique.

Pour rédiger ses directives anticipées, il faut être majeur et le document doit être daté, signé et comporter  vos noms, prénoms, date et lieu de naissance. Comme trop peu de gens le savent encore : les directives anticipées sont une forme de testament. Il ne s’agit pas de léguer des biens, mais d’indiquer vos volontés en cas de maladie invalidante. 

Premier problème : il faut être courageux avec soi-même, envisager le risque d’une maladie mortelle et décider par exemple en son âme et conscience de l’intensité du traitement que l’on souhaite subir si, par malheur, une maladie handicapait votre capacité de jugement ou d’expression. 

Si vous avez un parent âgé, que vous l’aimez et que vous souhaitez le placer en position de décider pour lui-même de son sort, la difficulté est plus grande encore. Comment affronter une mère nonagénaire, évoquer sa mort avec elle, sa maladie, les conditions de son traitement et de son décès ? La difficulté psychologique est presque insurmontable. 

Si la mère et l’enfant s’aiment d’un amour sincère, le sens de la démarche ne sera pas altéré. Mais si des conflits importants ont eu lieu dans un passé proche ou lointain, alors le risque est grand de voir les bonnes intentions se transformer en enfer. 

Peut-être faut il alors se faire accompagner par un tiers de confiance, non lié à la famille mais qui saura mieux que vous trouver les mots.

La loi prévoit d’ailleurs que si l’on ne peut rédiger soi-même ses directives, il est possible de faire appel à deux témoins qui attesteront que le document exprime bien la volonté libre et éclairée du signataire. Ces témoins doivent indiquer leur nom et qualité et leur attestation est jointe aux directives.

Dans tous les cas, les directives anticipées sont l’expression d’une personne en état d’exprimer sa volonté libre et éclairée au moment de sa rédaction. Il est possible de demander au médecin de les insérer dans votre dossier, d’y joindre une annexe attestant que vous êtes en état d’exprimer votre volonté et qu’il vous a donné les informations appropriées.

Une belle résolution pour 2014 !

18/01/2014

Belle année 2014 aux proches aidants

En cette période de vœux, laissons-nous aller à rêver.
Je partage avec vous trois souhaits glanés auprès de la première Biennale des aidants, des rencontres avec les associations de familles, de personnes âgées, fragilisées ou non.

Premier souhait : reconnaître et valoriser la « contribution à l’humanité » des proches aidants. Le besoin d’aide augmente, notamment auprès des plus âgés. Aussi sommes nous  potentiellement tous aidants, quel que soit notre âge, notre lieu de vie, notre statut (retraité, au travail). La ministre Michèle Delaunay martèle qu’aujourd’hui il y a plus de salariés qui aident un proche âgé que de salariés en charge d'un enfant en bas âge. Les identifier devient primordial pour mieux les informer, pour les soigner (visite médicale dédiée), les accompagner.

Deuxième souhait : être aidé, soulagé, soutenu, accompagné par des professionnels identifiés, compétents. Pour ne pas sombrer dans l’épuisement, pour ne pas mourir d’aider, il faut pouvoir avoir recours à des services de répit : à domicile, des accueils de jour, temporaires, familiaux, le baluchonnage (une présence 24h/24). L’enjeu est de se repérer dans le mille-feuille des services, des offres, des recommandations.

Troisième souhait : être aidé pour financer ces services professionnels, car la seule bourse des personnes aidées et des aidants ni suffira pas. Notre pays a été capable au lendemain de la seconde guerre mondiale de créer notamment la Sécurité Sociale et de couvrir quatre risques : vieillessemaladieinvaliditéchômage. Or la révolution de la longévité change la donne. Et ce n’est pas une mauvaise nouvelle ! Un nouveau risque « autonomie » est nécessaire, ne serait-ce que pour financer la Silver Economie avec ces nouveaux services à inventer pour prévenir des handicaps plus graves encore, adapter les logements,  accompagner le besoin d’aide avec des technologies intelligentes, motivantes…

C’est une question politique au sens noble du terme. 

Je vous souhaite une belle année 2014 créative et solidaire !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique