logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/04/2013

Qui veut son "Human Robot" gériatrique ?

Inspirée des travaux d’Isaac Asimov, la série télévisée « Real Human » – 100% Humain, diffusée le jeudi soir sur Arte (voir la bande annonce) se déroule dans une Suède contemporaine où les androïdes (robots à visage humain) envahissent le quotidien.
Les Hubots (contraction de Human Robots) sont très pratiques, bien élevés, dociles, infatigables. Il leur faut juste recharger régulièrement leurs batteries (comme nos téléphones portables).
Ils aident dans les tâches domestiques et industrielles. Femmes de ménage à la Madame Doubtfire, ouvriers, éboueurs, compagnons, ils deviennent même des partenaires sexuels.
La série nous raconte que les informaticiens améliorent constamment leurs capacités. Les nouvelles générations d’androïdes peuvent garder de jeunes enfants, leur lire des histoires, être toujours disponibles pour jouer.
Des Hubots dits "seniors ou gériatriques" sont vendus pour suivre les constantes de la personne âgée aidée (sa température, sa tension) jour et nuit. Ils adaptent strictement son régime alimentaire (« Des lasagnes une fois par semaine » , « deux verres de vin le WE »…). Ils sont « parfaits », infaillibles, d’humeur égale, traquant la poussière sans relâche… Mais tellement peu chaleureux, compréhensifs des questions, des envies et des rêves du grand-père.
A tel point qu’il préfère se sauver de sa maison briquée, avec son viel Hubot déréglé qui connait ses lubies par cœur et rie avec lui de ses bêtises.

Rassurez-vous, la réalité des gérontechnologies ne dépasse pas (encore) la fiction. Heureusement. Car cet univers aseptisé est terrifiant. Triste et sans âme.

Qui voudra demain de son hubot gériatrique ?

04/04/2013

100 ans : 100 % de réduction ?

Tout d’abord un grand merci pour vos réactions et commentaires sur mon premier post « Enfermer les vieux ? ». J’aurai l’occasion de partager avec vous mes coups de chapeau mais aussi mes coups de griffe sur les lieux de vie collectifs.

Voilà la réflexion amusée qu’a déclenchée en moi une récente campagne d’affichage pour un opticien : 70 ans ? 70 % de réduction !

Plus la peine de se regrouper à plusieurs pour obtenir des tarifs avantageux. Aujourd’hui c’est votre âge qui indique le montant  de la réduction  proposée par cette chaine d’opticiens. 

Ils appellent ça « l’effet pourcent’âge » pour déclencher l’acte d’achat dès 45 ans, âge moyen de l’acquisition des premières lunettes. 

Ca vaudrait le coût de vieillir et tant pis pour les plus jeunes ?

Est-ce une idée pour attirer les autres générations ?

Si l’on pousse le bouchon un peu plus loin, les super centenaires, au-delà de 100 ans, pourront même être payés par l’opticien pour obtenir de nouvelles lunettes ? 

Certes, plus on avance en âge, plus les pluri-mini-handicaps vous rattrapent. On entend moins bien, on voit moins bien, on court moins vite, l’équilibre est plus précaire.
Mais rappelons ici un chiffre que l’on connait mal : 8 octogénaires sur 10 vivent bien (chez eux) avec leurs petits handicaps, leurs maladies contrôlées. 

Alors plus on vieillit, plus on serait avantagé, selon ce réseau d’opticiens ?

Attention aux raccourcis, aux généralisations et surtout aux oppositions entre les générations.
Le risque est que notre modèle social, intergénérationnel et solidaire, vole en éclats !

29/03/2013

Enfermer les vieux ?

Ces vieilles personnes qui quittent leur maison de retraite sans crier gare et qu’on retrouve mortes de froid, nourrissent très régulièrement la chronique des faits divers.

Une conclusion – apparemment - s’impose : il faut fermer les portes. Mais la sécurité prime-t-elle sur la liberté d’aller et venir ?

La réponse est non, résolument non !

Marcher, sortir, est un besoin vital même chez une vieille personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Notre République ne peut priver un citoyen de son droit à circuler librement. Même s’il court un risque.

D’autres solutions doivent être envisagées.

Or l’expérience montre que lorsque le quartier, le village, connaît cette vieille personne, c’est plus facile. Spontanément on va vers elle, on lui propose de la raccompagner chez elle.

Quand cette vieille personne s’équipe (ou est équipée avec le sourire) de systèmes modernes et jolis, d’alerte ou de géolocalisation (montre, bracelet…), là aussi, chacun est plus tranquille.

Accepter le risque de vivre est déjà un premier pas. Les personnes désorientées continuent de vivre, elles ont leurs projets dans leur tête, elles sortent.

A  la cité d’accepter que ces vieilles personnes se perdent, même s’il lui faut déployer des moyens pour les retrouver avant que leur vie ne soit en danger.

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à nous faire part de vos réactions, et nous livrer vos témoignages.

Je les attends avec impatience.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique